En cette période critique où le Québec, comme la planète toute entière, se mobilise pour combattre le COVID-19, vous êtes probablement comme nous isolés dans votre domicile avec votre famille, ou séparé d’un de vos enfants qui vit en RI ou RTF.  Il se peut aussi que vous soyez sur le front, entre autres dans une équipe qui s’active dans le domaine de la santé ou autre services essentiels, auquel cas nous tenons à vous remercier de votre engagement.

Le comité des usagers a suspendu ses activités de groupe mais continue de se pencher sur la compilation du sondage que nous vous avions fait parvenir en février, et à mettre la dernière main à notre Aide-mémoire en vue de sa réimpression.  Par ailleurs, nous restons en lien avec la Direction du CISSSMO responsable des services à nos usagers. Nous avons ainsi eu l’occasion de faire part de nos préoccupations sur plusieurs points :

  • le soutien apporté aux parents dans les cas où un enfant, un adolescent ou un adulte doit rester confiné dans sa famille ;
  • le maintien des contacts des usagers en hébergement avec leur famille;
  • les conséquences prévisibles de l’inactivité des usagers pendant le confinement;
  • le contrôle de la qualité pendant la période de pandémie, particulièrement dans les ressources intermédiaires qui ont un fort roulement de personnel.

Conséquences de la suspension des services

Comme les membres du comité, vous êtes sans doute particulièrement touchés par les mesures imposées par le gouvernement pour contrer la propagation de la pandémie, en vous retrouvant dans l’une ou l’autre de ces situations : fermeture des services de garde pour les tout-petits, congé scolaire forcé pour les élèves, interruption des activités de jour ou mise à pied pour les 21 ans et plus, réclusion des usagers résidant en ressource intermédiaire et en famille d’accueil…

Vous devez peut-être réorganiser votre vie pour fournir à temps plein des activités,avec toute la patience dont vous êtes capables, particulièrement dans les cas où un de vos enfants présente de l’anxiété ou des difficultés face aux changements, de l’hyperactivité ou autre problématique. Vous avez aussi à trouver des astuces pour lui changer les idées quand il vous harcèle pour aller jouer dehors, ou pour aller au restaurant ou au cinéma parce que d’habitude, les vacances servent à faire ces activités…Les membres du comité savent par expérience combien il peut être difficile de faire face à l’arrêt des services quand on doit s’occuper d’usagers de tous âges.

Garder le contact

Les conférences de presse mentionnent rarement nos usagers quand il est question de l’isolement des personnes vivant en milieu d’hébergement, alors que les préoccupations relatives aux aînés dans les CHSLD font régulièrement la manchette. Pourtant, nos fils et nos filles qui vivent en résidence sont aussi isolés de leur famille et privés de toute sortie en plus de se voir retirer leurs activités quotidiennes habituelles.

Plusieurs membres du comité vivent cette situation et nous sommes bien placés pour comprendre combien vous pouvez être inquiets et sensibles à l’interdiction de toute visite et autres sorties familiales. Nous connaissons les liens qui nous unissent tous  à ces enfants différents, souvent plus fragiles, devenus adultes à travers les multiples tempêtes traversées avec notre soutien. Cette séparation forcée peut être très pénible, même si notre fils ou notre fille a dépassé l’âge où on couve naturellement les enfants.  

Comme le rappelle notre premier ministre, Il nous semble important de vous inciter à maintenir les liens avec votre enfant-adulte, même si le personnel de la ressource craint que cela ne dérange la routine. Une suggestion : pourquoi ne pas vous mettre d’accord avec la ressource pour décider du moment approprié et d’une durée raisonnable pour vos appels?

Être imaginatif

Les moyens ne manquent pas pour garder le contact, en commençant par le téléphone.  Même si la capacité verbale de votre « usager préféré » est limitée, même s’il répète toujours la même chose, même s’il ne parle pas du tout, votre voix peut quand même le rassurer dans cette période où ses activités quotidiennes sont grandement perturbées. Et pourquoi ne pas recourir à Skype ou à Face time? À titre d’exemple, certains membres du comité ont établi un horaire pour quelques sessions hebdomadaires de Skype.

Soyons imaginatifs!  À titre d’exemple, avez-vous pensé lui faire écouter sa musique préférée au téléphone pendant quelques minutes?  Où lui raconter une courte histoire?  L’important, c’est de ne pas couper les liens que vous avez l’habitude d’entretenir avec votre fille ou votre fils, en adaptant les activités que vous partagez habituellement tous les deux. 

Le comité reste présent

C’est normal de ressentir de l’anxiété dans la situation exceptionnelle que nous traversons. D’autant plus que le fait de vous occuper à plein temps de votre enfant, ado, adulte autiste ou ayant une déficience, ou encore de vous en inquiéter pendant l’absence de contacts physiques s’il vit en ressource, augmente la pression sur vos épaules. Il est important d’exprimer vos préoccupations à vos proches, dans ce contexte où eux-mêmes éprouvent sans doute des inquiétudes. Ou encore à un membre du personnel avec qui vous vous sentez à l’aise, et pourquoi pas à la travailleuse sociale présente au dossier, si c’est le cas?

Par ailleurs, malgré la suspension de ses activités habituelles, le comité reste disponible pour vous accueillir au bout du fil. N’hésitez pas à laisser un message téléphonique et nous vous rappellerons dès que possible.

Liens utiles

Parmi les liens utiles qui pourraient vous être utiles nous avons retenues ce qui suit: