Plan d’action Vieillir et vivre ensemble 2024-2029

 

Plan d’action Vieillir et vivre ensemble
2024-2029

Mémoire de l’AQRIPH

 

Le MSSS à lancé une consultation sur le Plan d’action gouvernemental « Vieillir et vivre ensemble 2024-2029 ». Vous pourrez consulter le mémoire soumis sur ce sujet par l’ Alliance québécoise des regroupements régionaux pour l’intégration des personnes handicapées (AQRIPH) en cliquant sur le lien ci-dessous.

Les recommandations soumises sont résumées ci-après:

1. Que le gouvernement du Québec identifie les lacunes dans ses programmes et ses services qui créent des iniquités en raison d’un vieillissement précoce de personnes handicapées afin de les modifier en suivant le principe de conception universelle favorisant une société égalitaire et plus inclusive.

2. Que le gouvernement du Québec et ses réseaux décentralisés s’assurent que les intervenants œuvrant auprès des personnes handicapées âgées aient la formation adéquate afin d’intervenir auprès d’elles.

3. Que le gouvernement du Québec prévoit des investissements afin de construire des lieux d’hébergement adaptés aux besoins des personnes handicapées âgées.

4. Que le gouvernement du Québec prévoit les investissements nécessaires en matière d’aide à domicile pour permettre aux personnes handicapées vieillissantes de demeurer plus longtemps à domicile si elles le souhaitent.

5. Suivant le principe de conception universelle, faire en sorte que les lieux d’habitation soient conçus de manière plus inclusive et, conséquemment, adaptable afin de permettre aux personnes de vivre à domicile malgré l’apparition et l’aggravation d’incapacités.

6. Que le gouvernement du Québec fasse en sorte que les programmes et les services soient conçus de manière à éviter des changements ou des bris dans la dispensation des services lorsqu’un usager change de catégories d’usagers simplement en raison de l’âge.

7. Que le gouvernement du Québec développe une offre suffisante de soutien psychosocial aux parents vieillissants qui procèdent au placement de leur enfant handicapé.

 

Vieillir ensemble 2024-2029-Mémoire de l’AQRIPH

TROUVER LE CHEMIN POUR AVOIR ACCÈS AUX SERVICES DU RÉSEAU…..

View this email in your browser



 

TROUVER LE CHEMIN POUR AVOIR ACCÈS AUX SERVICES DU RÉSEAU…..

 

Avec l’aide de votre comité des usagers
Devant la complexité de l’accès aux services en déficience intellectuelle et en autisme pour notre région, le COMITÉ DES USAGERS peut vous aider dans vos démarches. Que vous cherchiez la porte d’entrée aux services, que vous soyez en attente, que vous ayez besoin de comprendre comment faire votre demande… qu’il s’agisse de vos premières démarches ou d’un retour après un épisode de services… l’article qui suit pourrait vous être utile.
Pour toute question, n’hésitez pas à nous joindre en nous laissant un message au (450) 466-7477, poste 400 ou par courriel à info@cuditsa.ca pour plus d’information ou pour de l’accompagnement dans vos démarches. Le comité des usagers est une instance inscrite dans la Loi de la Santé et des Services sociaux. Et pour les membres du comité, défendre vos droits et ceux de votre fille ou de votre fils est toujours notre priorité.

La situation avant et après 2015

Il est souvent difficile de trouver un médecin, une garderie, une école qui corresponde à nos besoins et à nos valeurs… et encore plus quand il faut trouver le chemin dans le dédale d’une région comme la nôtre pour obtenir des services de réadaptation spécialisés! Auparavant la Montérégie-Est et la Montérégie-Ouest avaient chacune leur centre de réadaptation en déficience intellectuelle et trouble du spectre de l’autisme. Mais depuis la redivision de la Montérégie en 2015 en trois Centres de services de santé et de services sociaux, les services spécialisés de réadaptation sont maintenant sous la responsabilité du CISSS de la Montérégie-Ouest, pour toute la région de Sorel à Vaudreuil.

Par ailleurs, les services en déficience pour les personnes résidant dans la Haute-Yamaska (Granby, Bromont et autres villes avoisinantes) se sont vu transférer en Estrie, mais les ententes de répartition dans le dossier des services spécialisés n’ont pas encore été finalisées. Et Le CISSS de la Montérégie-Est a hérité des Centres jeunesse, alors que le CISSS de la Montérégie-Centre s’est vu attribuer les services en déficience visuelle et en déficience auditive pour l’ensemble de la Montérégie.

Les impacts sur les comités des usagers

Pour le comité en déficience physique, la situation ne change pas : son territoire couvre la Montérégie au complet comme avant. Connu auparavant sous le nom de CMR, il continue à offrir ses services sous le nom de Centre de réadaptation en déficience physique, mais plusieurs utilisent encore l’ancien nom de CMR.

Pour le comité des Services de réadaptation du Sud-Ouest et du Renfort (SRSOR), son territoire s’est vu amputé, partant maintenant de Laprairie jusqu’à Vaudreuil, alors que St-Luc et St-Jean et les villes environnantes se voient regroupés avec Brossard / St-Hubert pour former le CISSS Montérégie-Centre.

Pour notre comité, son territoire s’étend de Longueuil, Boucherville, Ste-Julie, Varennes jusqu’à Sorel, de Beloeil et St-Hilaire à St-Hyacinthe, Acton Vale, Rougemont, soit toute la Montérégie-Est. Si vous habitez St-Hubert et Brossard, vous continuez à faire partie des usagers comme auparavant. Notre ancien nom (CUDITED) n’est plus pertinent depuis que les troubles envahissants du développement ont été remplacés par troubles du spectre de l’autisme (TSA). Ne vous étonnez donc pas de voir CUDITSA pour nous identifier.

Une nouvelle carte routière

Nous sommes conscients que ce redécoupage ne simplifie pas les choses quand on cherche où s’adresser pour obtenir des services. De plus les responsabilités ont changé au fil des ans, les centres de réadaptation revoyant leur façon de faire pour introduire les épisodes de services pendant la dernière décennie, avec la notion de services spécialisés, services spécifiques, etc.

Et les CLSC inclus dans les CISSS se voient maintenant reconnaître plus officiellement la porte d’entrée, avec la responsabilité des services spécifiques dont le maintien à domicile, le soutien psychosocial, le répit, etc. Sur référence du CLSC, un usager et sa famille peuvent aussi recevoir des services spécialisés du centre de réadaptation.

Ainsi, dans le cas où votre fils ou votre fille réside avec vous, il pourrait avoir un éducateur du CISSS de la Montérégie-Ouest, et des services de l’un des deux autres CISSS selon l’adresse de votre domicile. S’il réside dans une ressource intermédiaire, il a des services de la Montérégie-Ouest pour l’hébergement, peut-être aussi pour le centre de jour, mais pour d’autres services, par exemple la vaccination, la responsabilité en revient au CISSS de son territoire, en collaboration avec le centre de réadaptation.

De plus, l’émergence des organismes communautaires qui assument maintenant des responsabilités autrefois dévolues au réseau embrouille encore les pistes : au fur et à mesure de la fermeture par les centres de réadaptation des ateliers et des centres de jour, ils ont développé des activités pour des usagers qui auparavant ne fréquentaient que leurs activités de loisirs, en soirée ou en fin de semaine. Cependant, leur financement et l’expertise de leur personnel ne leur permettent souvent pas d’accueillir les usagers présentant les plus grands défis.

Encore plus de précisions…

Vous dites que votre fils – fille reçoit des services du Centre de jour de Brossard ou de Boucherville, ou d’une famille d’accueil de Beloeil ou de Boucherville, ou d’une ressource intermédiaire de Longueuil… Oui, effectivement, vous avez raison : ils reçoivent des services de ce centre de jour ou de cette ressource.

Mais tous ces centres de jour, toutes ces ressources d’hébergement sont sous la responsabilité du Centre intégré de services de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest, dont les programmes spécialisés en déficiences couvrent l’ensemble de la Montérégie. Tout comme si vous résidiez à Châteauguay ou à Vaudreuil. Parce que la responsabilité de la réadaptation et de l’hébergement est assumée par le CISSSMO.

Par contre, quand une travailleuse sociale vient évaluer vos besoins ou ceux de votre fils ou votre fille, il peut s’agir d’un service du CISSS de la Montérégie-Est ou de la Montérégie-Centre, selon votre adresse résidentielle. C’est aussi le cas pour une nouvelle demande, quand un parent commence ses démarches pour obtenir des services : il s’adresse au CLSC (composante des CISSS de la Montérégie-Est ou de la Montérégie-Centre).

De plus…

Le conseil d’administration du CISSSMO exerce son rôle sur le territoire géographique de l’ouest. Les rencontres du conseil d’administration ont lieu entre Vaudreuil et Châteauguay, y compris les rencontres publiques où vous êtes invités à vous présenter pour vous exprimer. Ce qui signifie que pour la déficience physique, la dépendance, la déficience intellectuelle et l’autisme, ce conseil d’administration prend les décisions qui nous concernent pour les programmes spécialisés, que nous vivions ou non sur le territoire de la Montérégie-Ouest.

Les comités des usagers travaillent donc avec la Direction des programmes déficiences pour nous assurer que nos usagers (et leur famille) soient représentés pour faire cheminer leurs besoins dans toutes les directions de l’établissement, qu’il soit question de la lutte à la maltraitance des aînés et des personnes vulnérables, des services de recherche et programmes multidisciplinaires, de la Direction de la qualité, etc. On nous a fait observer que la Direction des programmes déficiences est la plus importante direction dans l’organigramme de l’établissement, en comptant tout son personnel.

Et le CUCI, dans tout ça?

Le CUCI ou Comité des Usagers du Centre Intégré du CISSS de la Montérégie-Ouest regroupe l’ensemble des comités bénévoles en déficience physique et en dépendance de la Montérégie, ainsi que notre comité pour la Montérégie-Est et la Montérégie-Centre, et le comité SRSOR pour la Montérégie-Ouest. Il regroupe aussi les comités de Vaudreuil, du Haut-St-Laurent, du Suroît et des Jardins du Roussillon qui représentent localement les CLSC, hôpitaux et CHSLD de leur territoire. À titre d’information, les deux autres CISSS de la Montérégie regroupent aussi les comités d’usagers pour les services assurés par les hôpitaux, CLSC et CHSLD pour l’Est et le Centre de la Montérégie.

Ces comités partagent un objectif commun, la défense des droits des usagers. Mais leurs moyens d’action sont différents, et l’accompagnement des usagers, de la façon dont nous l’exerçons dans les comités en déficience, représente une différence majeure, compte tenu que nos usagers et leur famille sont des usagers à long terme, et non des usagers occasionnels… À titre d’exemple, la peur de représailles est souvent plus présente pour nous puisque nous dépendons de l’établissement pour un ensemble de services et ce jour après jour pendant de nombreuses années. Cela a peu à voir avec la situation d’une personne insatisfaite des services reçus à l’urgence, ou au CLSC, lors d’un événement isolé dans sa vie.

Lucille Béliveau-Bargiel
Présidente de votre comité des usagers en DI-TSA

 

Copyright © 2022
Comité des usagers du CRDITED du CISSS de la Montérégie-Ouest
Tous droits réservés.

 

LA PLUS GRANDE VICTIME DE LA PANDÉMIE SERAIT-ELLE LA SOLIDARITÉ ?

View this email in your browser



 

LA PLUS GRANDE VICTIME DE LA PANDÉMIE SERAIT-ELLE LA SOLIDARITÉ ?

 

Ces derniers jours, nous avons pu entendre Dre Joanne Liu affirmer que selon elle, la plus grande victime de la pandémie serait la solidarité. En tant que ex-présidente de Médecins sans frontières, Dre Liu a une vision internationale de la situation pandémique, avec d’un côté les pays riches qui ont réquisitionné les vaccins et de l’autre les pays en développement qui n’y ont toujours pas accès.

Par ailleurs, on entend aussi dire que la pandémie a entraîné une fracture entre les générations, avec une réaction du « chacun pour soi » : que les aînés et les personnes vulnérables se protègent elles-mêmes, qu’elles s’isolent chez elles, pourvu que nous, les plus jeunes et les bien portants, ne soyons pas privés de notre liberté…

On peut le constater à l’entrée d’une épicerie : combien de clients portent un masque? Combien s’arrêtent pour se désinfecter les mains avant de parcourir les rangées de légumes et autres produits? Le Directeur de la santé publique rappelait récemment aux personnes infectées par la Covid ou par une grippe de porter leur masque… mais quand une personne veut seulement se protéger (comme le font encore plusieurs aînés ou personnes vulnérables), peut-elle compter qu’on la protège aussi?

Pendant la pandémie, on a imposé à nos fils ou filles la réclusion dans leur ressource résidentielle, sans visites ni sorties. Rappelez-vous les Noëls des dernières années… En plus de cet isolement, leurs activités de jour ont été suspendues pendant des mois, et ensuite diminué sous prétexte de manque de personnel. Vous sentez-vous à l’aise d’en parler à vos voisins, à vos amis, à vos proches, sans craindre de vous voir répondre « Moi non plus, je ne vois pas souvent mes enfants »? ou « Tout le monde a ses problèmes, tu sais »?

La pandémie nous a laissé des souvenirs amers, non seulement en raison des craintes pour notre propre santé, mais parce que nous savions notre grand fils ou notre fille privée de sa famille à son anniversaire, à Noël, et pendant toutes ces semaines où on interdisait les visites et sorties. Il ne s’agissait pas de son choix, encore moins du nôtre… rien à voir avec ces adultes qui, par choix, vivent loin de leur famille.

Il nous reste à souhaiter ne pas revivre une telle situation où on pouvait se demander où se cachait la solidarité ? Espérons que vous avez été soutenus quand vous vous inquiétiez de ne pouvoir voir votre fils ou votre fille pendant des semaines et des mois, ni même communiquer avec lui ou avec elle.Tant mieux si se trouvent autour de vous des personnes empathiques, capables d’être à l’écoute de votre réalité toute particulière. Capables de faire preuve de solidarité à votre égard…

Lucille Béliveau-Bargiel
Présidente de votre comité des usagers en DI-TSA

 

Copyright © 2022
Comité des usagers du CRDITED du CISSS de la Montérégie-Ouest
Tous droits réservés.

MODIFICATION DE LA LOI SUR LE CURATEUR PUBLIC









*|MC:SUBJECT|*







View this email in your browser



Infolettre du 18 décembre 2020
 

LOI MODIFIANT LE CODE CIVIL, LE CODE DE PROCÉDURE CIVILE, LA LOI SUR LE CURATEUR PUBLIC ET DIVERSES DISPOSITIONS EN MATIÈRE DE PROTECTION DES PERSONNES.

 

La loi modifiant les différentes lois et code cités ci-dessus entrera en vigueur d’ici juin 2022. Elle fera une différence réelle et positive dans la vie de milliers de Québécois.

Nous vous invitons à visionner la vidéo qui en présente les principaux aspects.

 

VIDEO DE PRÉSENTATION

Copyright © *|CURRENT_YEAR|*
*|LIST:COMPANY|*
Tous droits réservés.

*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|*

Vous voulez changer la façon dont vous recevez ces courriels ?
Vous pouvez mettre à jour vos préférences ou vous désabonner de cette liste.

Adresse postale :
Comité Des Usagers Du CRDITED Du CISSS De La Montérégie-Ouest
255, rue Choquette
Beloeil, QC, Canada
J3G 4V6

Téléphones :
450 446-7477 #2400
1 866 446-3006

Ajoutez nos coordonnées à vos contacts

*|IF:REWARDS|* *|HTML:REWARDS|* *|END:IF|*

Page FB du comité

Site Web




SONDAGE SUR L’HÉBERGEMENT RÉALISÉ DÉBUT 2020

Vous vous souviendrez peut-être du sondage sur la satisfaction des parents des usagers vivant en ressources, auquel 200 représentants avaient répondu juste avant le moment où la pandémie a fait irruption dans nos vies. Merci tout d’abord à tous ces répondants pour leur générosité et leur ouverture à nous faire part de leur opinion, en répondant aux questions mais surtout par leurs commentaires qui, mieux que tout, nous permettaient de bien saisir le sens de leurs réponses. Nous avons lu et relu ces 119 commentaires qui nous ouvraient une porte sur leur réalité.

Dans les premiers mois de la pandémie, sous la coordination d’un membre du comité, une analyse sérieuse de ces réponses au sondage a été faite par un trio de bénévoles et par la suite, d’autres membres en ont révisé et finalisé la rédaction. Si vous vous replongez dans le contexte de ces premiers mois de la pandémie, vous vous rappellerez sans doute comment vous étiez touchés par cette situation inhabituelle : les membres de notre comité sont aussi des parents, la plupart affectés par la réclusion imposée à leur fils ou leur fille, privé de sorties ou de visites y compris lors des Fêtes 2020. Et la situation des usagers vivant dans leur famille sans services les préoccupait aussi compte tenu des délestages.

Avant de diffuser plus largement les résultats de notre sondage, nous attendions de le déposer à la Direction du programme déficiences, ce qui a été fait au cours des derniers mois. Nous voulions nous assurer que la pandémie et ses impacts seraient alors derrière nous… mais comme vous le constatez, la situation a évolué autrement et ce Noël vient encore de nous le démontrer. Mais il nous semble important de donner suite maintenant en dépit des circonstances sur lesquelles nous n’avons ni contrôle, ni perspective assurée.

Vous trouverez donc, en cliquant sur les liens ci-dessous, un sommaire exécutif du sondage qui résume les éléments les plus significatifs pour les répondants, ainsi que le rapport présentant l’analyse détaillée des résultats : à cause des mesures restrictives imposées par la pandémie, de leur impact sur les usagers et les familles comme sur les ressources, et les résultats du sondage nous semblent toujours pertinents alors que s’amorce l’année 2022.